Un poème / texte au hasard

Saint Paul : Première épître aux Corinthiens « L'amour ne passera jamais »

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens (XII 31-XIII 13)[1]
Frères, parmi les dons de Dieu, vous cherchez à obtenir ce qu'il y a de meilleur. Eh bien, je vais vous indiquer une voie supérieure à toutes les autres. J'aurais beau parler toutes les langues de la terre et du ciel, si je n'ai pas la charité, s'il me manque l'amour, je ne suis qu'un cuivre qui résonne, une cymbale retentissante. J'aurais beau être prophète, avoir toute la science des mystères et toute la connaissance de Dieu, et toute la foi jusqu'à transporter les montagnes, s'il me manque l'amour, je ne suis rien. J'aurais beau distribuer toute ma fortune aux affamés, j'aurais beau me faire brûler vif, s'il me manque l'amour, cela ne me sert à rien. L'amour prend patience ; l'amour rend service ; l'amour ne jalouse pas ; il ne se vante pas, ne se gonfle pas d'orgueil ; il ne fait rien de malhonnête ; il ne cherche pas son intérêt ; il ne s'emporte pas ; il n'entretient pas de rancune ; il ne se réjouit pas de ce qui est mal, mais il trouve sa joie dans ce qui est vrai ; il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout. L'amour ne passera jamais. Un jour, les prophéties disparaîtront, le don des langues cessera, la connaissance que nous avons de Dieu disparaîtra. En effet notre connaissance est partielle, nos prophéties sont partielles. Quand viendra l'achèvement, ce qui est partiel disparaîtra. Quand j'étais un enfant, je raisonnais comme un enfant. Maintenant que je suis un homme, j'ai fait disparaître ce qui faisait de moi un enfant. Nous voyons actuellement une image obscure dans un miroir ; ce jour-là, nous verrons face à face. Actuellement, ma connaissance est partielle ; ce jour-là, je connaîtrai vraiment, comme Dieu m'a connu. Ce qui demeure aujourd'hui, c'est la foi, l'espérance et la charité ; mais la plus grande des trois, c'est la charité.
4e dimanche des temps ordinaires - Textes liturgiques © AELF, Paris
[1] La lecture continue de la première épître de saint Paul aux Corinthiens nous présente aujourd'hui l'admirable hymne à la charité. Sans vouloir déprécier les charismes et sans renoncer totalement à dire ceux qui ont sa préférence, saint Paul affirme solennellement qu’au-dessus de tous les dons particuliers et les dépassant tous, il y a l'amour que Dieu nous a communiqué. Ce don, en effet n'est pas un charisme parmi d'autres (fût-ce le plus éminent), il est l'essence même de la vie chrétienne. Sans lui rien ne compte, ni le parler en langues, ni la science, ni la prophétie, ni la foi, ni mëme le sacrifice de ses biens et de sa propre vie. Tous les dons particuliers sont relatifs, seul l'amour est absolu puisqu'il est Dieu lui-même.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire