Un poème / texte au hasard

Giraud (Albert) : Chanson de la potence

La maigre amoureuse au long cou
Sera la dernière maîtresse
De ce traîne-jambe en détresse,
De ce songe-d’or sans le sou.

Cette pensée est comme un clou
Qu’en sa tête enfonce l’ivresse :
La maigre amoureuse au long cou
Sera sa dernière maîtresse.

Elle est svelte comme un bambou ;
Sur sa gorge danse une tresse,
Et d’une étranglante caresse,
Le fera jouir comme un fou,

La maigre amoureuse au long cou.

(extrait) Pierrot lunaire, (1860-1929)

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire